Cacophoniquement Muse

Un nouvel album de Muse, c’est toujours un évènement et ça tombe bien, puisque le 7ème opus du groupe anglais est sorti. « Drones » est construit comme un conte apocalyptique, qui retrace l’aliénation d’un soldat puis les étapes de son affranchissement pour retrouver sa liberté. Tout un programme sauf que ….

musewertcher

Le premier titre « Dead Inside » nous présente le héros. On est très proche de ce que nous a déjà proposé le trio. Du coup on adore mais, pas de surprise. On passera « Psycho » le single qui comme une évidence servira d’ouverture à la prochaine tournée. Avec « Mercy » toujours rien de bien nouveau. Y a même un côté « Starlight » qui ne sort pas de ma tête.
Enfin arrive « Reapers » avec la guitare de Matthew qui brûle de mille feux, s’apaise pour mieux nous électriser le temps d’une odyssée dont on ne décroche pas du début à la fin. Superbe. Pour « The Handler », RAS. C’est chiant.
Un extrait symbolique d’un discours de John Fitzgerald Kennedy datant de 1961 pour lancer « Defector ». Moi j’adore. On a l’impression que le groupe Queen est de retour. Un vrai bonheur.
Hâte d’entendre ce morceau en live. « Revolt » est juste sans intérêt. On dira du Mika. « Aftermath » ressemble à du « Guns and Roses » des années 90. Next.
Arrive enfin « The Globalist » qui débute par un vibrant hommage à Ennio Morricone genre « il était une fois dans l’ouest ». Une ambiance de western. Un break symphonique comme Muse seul sait les faire. C’est juste splendide. La meilleure chanson de l’album.
Bon le soldat doit être mort car l’album se termine avec « Drones » un chant genre « Petits chanteurs à la croix de bois ». Faut qu’on m’explique.

muse2

Pour résumer, à la fois bon et chiant, sans surprise mais avec 3 titres d’anthologies dont un juste exceptionnel. Vivement le suivant.

muse-drones

Drones est évidemment en vente partout.

Et vous, vous en pensez quoi du nouveau Muse?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *