Coupe du monde de foot l’enfer pour certaines !!!

Chez les hommes, le football fait partie des rites initiatiques à la virilité. C’est un sport que les pères pratiquent plus aisément avec leurs fils qu’avec leurs filles. Ces dernières sont souvent jugées trop fragiles par leurs paternels pour arrêter un tir ou une reprise de volée. Alors qu’avec les garçons, les pères sont plus enclins à taper dans le ballon.

D’OÙ VIENT LE FOOTBALL ?

C’est justement parce que ce sport est, jusqu’à récemment, affaire d’hommes : le père peut ainsi donner des conseils à son fils sur la façon de jouer, de dribbler, de frapper, de tacler à la gorge,… C’est un peu comme si il lui transmettait un héritage duquel serait exclu les femmes, et notamment la mère. C’est, pour résumer, un moment de complicité père-fils.

Lorsque l’enfant grandit, il reste attaché à ce sport. Il suffit de regarder une cour d’école à l’heure de la récréation : les garçons ne jouent pas au handball, au basket-ball ou au badminton. Ils jouent au foot avec des règles qu’eux seuls connaissent et des ballons en mousse. On peut voir aussi qu’il n’y a quasiment aucune fille. Ces dernières se font d’ailleurs copieusement rabrouer lorsqu’elles tentent de participer. Jouer au foot dans la cour, c’est marquer une sorte de camaraderie entre ceux qui peuvent jouer (les garçons) et, dans le même temps, cela marque une différence entre ceux qui peuvent et ceux qui en sont exclus, comme les filles.

Devenus adultes, les garçons continuent de pratiquer cette camaraderie. Sauf qu’en plus de jouer, ils se mettent à regarder les matchs. Et avec leurs potes. Car le fait de regarder un match avec ses amis renforce l’impression d’appartenance à une communauté, partageant les mêmes valeurs et le respect de ces dernières.

L’homme et ses amis ne prennent pas en compte les origines sociales, religieuses ou politiques : tous ceux qui portent un maillot de la même couleur que le leur sont des frères. Porter ces couleurs unit les hommes dans une camaraderie sacrée.

Les femmes comprennent rarement ce que les hommes ressentent lorsqu’ils sont devant un match. C’est parce que les hommes ont tendance à réprimer leur véritable nature, que ce soit dans le milieu professionnel ou même en couple. Regarder un match de foot génère chez eux toute une série d’émotions : la joie, le stress, la colère, la délivrance ou la déception. Tout ce que l’homme ne trouve pas dans sa vie quotidienne, ou alors, dans le meilleur des cas, dans une forme atténuée. De plus, l’adrénaline que le corps sécrète pendant un match et l’excitation provoquée peuvent rendre celui-ci plus intéressant qu’un câlin dans vos bras délicats.

Vous comprenez maintenant, mesdames, pourquoi votre homme ne sera pas votre pendant les prochaines semaines. Vous n’avez plus qu’à faire contre mauvaise fortune, bon cœur, et vous dire que cela ne dure que 4 semaines tous les 4 ans. Ce n’est pas la mer à boire. Bon courage à vous !

 

Avec la complicité de érôme Peudepièce ·

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *