Les intolérances alimentaires c’est quoi?

Certaines personnes voient leur santé s’améliorer considérablement lorsqu’elles arrêtent de consommer tel ou tel aliment. Cette situation a été appelée “intolérance alimentaire” par Jean Seignalet. Il est important de préciser que les intolérances alimentaires ne doivent pas être confondues, comme c’est souvent le cas, avec les allergies alimentaires, dont le mécanisme, les risques et les traitements sont très différents.

Selon les études, les intolérances alimentaires concerneraient 30 à 50% de la population, la plupart des gens ignorant que la cause de leurs maux (de tête, de ventre ou même pathologies cutanées) peut être une alimentation qui ne leur convient pas liée à une hyper-perméabilité intestinale. Quésaco vous allez me dire! L’hyper-perméabilité intestinale ou porosité intestinale, “leaky gut”, est à la fois une cause et une conséquence de ces intolérances alimentaires. Dans les conditions normales, la paroi intestinale, malgré sa très faible épaisseur, reste imperméable aux substances étrangères, indésirables tandis que les molécules utiles  à l’organisme sont absorbées. Or, dans certaines circonstances, cette barrière intestinale peut devenir poreuse, perméable à des molécules non assimilables. Le passage dans le sang de ces particules non assimilables est à l’origine de réactions inflammatoires et immunologiques, qui prédisposent à toutes les maladies chroniques.

L’intolérance alimentaire est l’hypersensibilité d’un individu à un aliment ou un ingrédient habituellement toléré par la plupart des gens. Elle se traduit par la manifestation de divers symptômes indésirables, déclenchés suite à l’ingestion répétée, quelle qu’en soit la fréquence, de l’aliment incriminé à des doses normalement supportées.

Concrètement, être intolérant alimentaire, c’est, au départ, souffrir au quotidien de troubles dont on parvient difficilement à trouver la cause. Ce sont souvent les douleurs intestinales qui alertent, mais elles ne sont pas les seules à prendre en compte.

Les symptômes peuvent être différents d’une personne à une autre, mais il y a un point commun à tous les intolérants, beaucoup de choses clochent sans qu’on puisse en expliquer la cause!  En voici un petit listing :

– Ballonnement après les repas

– Douleurs d’estomac

– Désagréments intestinaux : alternance de diarrhée et de constipation, gastro-entérites

– Maux de tête, auxquels on s’est habitués, tant ils sont récurrents

– Eczéma ou démangeaisons cutanées

– Fatigue chronique

– Maladies à répétition : rhume, angine, rhinite, sinusite, asthme, otite, maux de gorge, toux, enrouement, obstruction par mucosités

– Sécheresse des yeux, larmoyants, rougis, paupières enflées, collées

– Quand l’intolérance est importante, on peut avoir des vomissements après avoir ingéré l’aliment non toléré

– Une intolérance alimentaire peut même modifier l’humeur et générer une dépression

 

Une intolérance alimentaire peut être la cause de « petits maux », anodins en apparence, mais, plus étonnant, non diagnostiquée et à long terme, elle peut générer de l’hypertension artérielle, un diabète de type II et bien d’autres maladies.

Si les aliments mal tolérés cessent d’être consommés, les symptômes disparaissent en quelques heures, voire quelques jours. Si la personne continue à consommer ces aliments, les symptômes persistent et, dans certains cas, peuvent s’accompagner de fatigue et d’amaigrissement.

Comment diagnostiquer une intolérance ? Aller voir un médecin, micronutricien ou naturopathe spécialiste de la question, qui prescrira une prise de sang spécifique.

Plus d’infos sur la page Facebook d’Adrien Gourmand et Intolérant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *