Le bandana, toute une histoire

Si on devait qualifier le bandana d’un seul adjectif, le plus juste serait  « indémodable  » . Oui le bandana traverse les années sans prendre une ride. Il fait partie des accessoires qui vous donnent un certain look, selon la façon dont vous le portez. Noué sur la tête ou autour du cou, triangulaire ou quadrangulaire… D’où vient cet accessoire et quelle est son histoire ? Retour sur un bout de tissu qui fait régulièrement parler de lui.

Le mot bandana provient de l’hindi « bandhnu » en référence à une méthode traditionnelle de teinture des tissus. Le mot aurait été transformé pour devenir en anglais bandana. Mais l’objet lui-même a traversé temps et continents… Les Américains, à l’époque des cow-boys, portaient ce petit carré de tissu, replié en triangle et noué derrière la tête pour protéger leur nez de la poussière quand ils accompagnaient les troupeaux. Ce même triangle restait le plus souvent noué à leur cou, la pointe devant. Tous les westerns et notamment John Wayne, ont popularisé ce petit morceau de tissu. C’est aussi le cas des gauchos de la pampa argentine ou des révolutionnaires mexicains. Bref, sur le continent américain, lors des longues chevauchées, on porte un foulard pour se protéger de la poussière.

On le retrouve, toujours en Amérique, dans les années 70. Les hippies l’arboraient, avec des motifs imprimés, roulé sur le front et noué derrière la tête. C’est l’époque des cheveux longs pour filles et garçons, du flower power… Les gays quant à eux le transforment en langage codé : porté dans la poche arrière droite ou gauche, il signale les préférences sexuelles, passif ou actif. Sa couleur précise les pratiques préférées…

Le mot bandana apparaît en France dans les années 80, avec l’accessoire de mode du même nom. Le chanteur Renaud le rend célèbre, noué autours de son cou. On le porte alors façon pirate noué sur la tête pour retenir les cheveux. Le bandana fait aussi partie de la panoplie des danseurs de hip-hop, porté uni sous la casquette ou sans casquette.
Les guitaristes rock l’arborent au poignet pour garder leur poignet au chaud. Certains sportifs le portent sur la tête pour éviter d’être gênés par la transpiration ou se protéger du soleil, au tennis comme en cyclisme.

Le bandana est un accessoire bon marché, qui revient régulièrement à la mode. Selon votre façon de le porter, au cou, à la tête en bandeau, ou sur la tête « façon pirate », à la taille ou au bras, le bandana imprime un style plutôt jeune et décontracté. Cependant faites attention : le bandana, hors du champ sportif, est un accessoire estival très typé, qu’il vaut mieux éviter de porter au bureau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *