Le blaireau, c’est tendance !

Pour un grand nombre d’hommes, le rasage quotidien relève plus de la corvée que du geste plaisir. Tout commence d’ailleurs dès la première étape : la préparation de la peau. Que celui qui n’a jamais été confronté à la froide et impersonnelle bombe de mousse ou de gel à raser ? Qui ne s’est jamais retrouvé avec les mains pleines de produit de rasage au point de s’en mettre autant sur le visage qu’à côté ? Des désagréments qu’il est possible d’éviter tout simplement avec un objet au nom plutôt rustre : le blaireau. Car oui, se raser au blaireau est de nouveau tendance messieurs ! Et pour ceux d’entre vous qui se posent encore la question, le véritable blaireau – de son véritable nom brosse à barbe – est traditionnellement fabriqué à partir de poils de l’animal du même nom noués et collés à la base. Certains sont aussi fabriqués à partir de poils de porc, de cheval ou encore de sanglier, voire même synthétiques. Partons à la découverte de cet objet chic et tendance.

blaireau-rasage.jpg jefaisleguet.fr

Son utilisation au moment du rasage permet une meilleure hydratation du poil. Même si son utilisation demande quelques secondes supplémentaires comparé à un gel ou une mousse de rasage, le blaireau permet également de masser la peau tout en enlevant les impuretés et peaux mortes qui peuvent gêner la coupe au moment du passage de la lame. Sans oublier qu’il relève les poils pour une facilité de rasage et une coupe plus net. D’ailleurs, l’adage dit bien que « barbe bien savonnée est à moitié rasée ». Pour ceux qui ont donc l’habitude d’utiliser un exfoliant ou un gel nettoyant avant de se raser, c’est un bon compromis qui a la particularité d’avoir un effet relaxant. Les poils de blaireau ayant une forte capacité d’absorption de l’eau, ils permettent de créer une mousse épaisse qui protègera la peau au moment du rasage.

 

Comme l’explique Alain Blackman, dernier maître barbier de la capitale, bien choisir son blaireau est très important. Mieux vaut éviter de l’acheter en supermarché sous peine de se retrouver avec des poils collés un peu partout sur le visage. « Un blaireau de qualité, bien entretenu, est un compagnon qui se change environ tous les 5 ans selon la fréquence des rasages ». Son prix dépend de 3 critères : la matière (plexiglas, résine, métaux divers, bois, corne, os ou encore ivoire), la taille (diamètre de la base de la touffe et de la longueur sortie) et la qualité du poil (blanc de haute montagne, blanc européen, gris européen, gris de chine et noir).

homme-rasage-blaireau-blog-beauté-soin-parfum.jpg jefaisleguet.fr

Qui utilise un blaireau devra alors remettre bombe de mousse et de gel à raser au placard. Celui-ci s’utilise de préférence avec un savon à barbe (durée de vie d’environ un an, ce qui avec le blaireau revient à un investissement à long terme des plus intéressant…). Après l’avoir humidifié, il suffit de le passer en rond à la surface du savon afin d’obtenir une mousse onctueuse, riche et homogène que l’on applique par mouvements circulaires sur la barbe pour la « travailler ». Plus question de s’en mettre plein les doigts ! Côté entretien, il est important après utilisation de « le rincer à l’eau tiède – sans le tordre – afin d’éliminer le savon ou la crème à raser, puis de le sécher à l’aide d’une serviette avant de le suspendre sur son support le poil vers le bas pour éviter qu’il ne moisisse ». Un objet utile et beau que l’on prendra plaisir à poser sur le rebord du lavabo ! Et comme le souligne Alain : « à utiliser sans modération ».

rasage-traditionnel-blaireau-mousse-a-raser.jpg jefaisleguet.fr

Avez vous déjà eu l’occasion de vous raser avec un blaireau ? Racontez nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *